De : TIXIER DU MESNIL Emmanuelle
Collections : Histoire, Le sens de l’histoire
ISBN : 978-2-84174-666-8
Année : 2014
Nombre de pages : 252
Prix : 25 €

L’INVENTION POLITIQUE À LA FAVEUR DES TROUBLES

SOUS LA DIRECTION DE EMMANUELLE TIXIER DU MESNIL ET GILLES LECUPPRE

Au Moyen Âge, tant dans le monde islamique que dans l’Occident latin, le désordre politique est pensé en termes négatifs; il ne saurait avoir d’effets vertueux et engendre immanquablement innovations blâmables et diableries. Le terme arabe de fitna exprime lui aussi la violence négative par excellence, celle dont les conséquences se résument à la destruction et à la remise en cause de l’unité de la communauté. Les réalités de la politique sont cependant loin de se conformer aux pieux souhaits des juristes et des lettrés, lesquels martèlent au fil des siècles leur détestation du désordre parce qu’il constitue justement le quotidien des cours. Or c’est souvent lors de ces soubresauts violents que l’histoire est la plus intéressante. Les temps troublés sont l’occasion d’inventer de nouvelles façons de gouverner, témoignant de la constance capacité d’adaptation de la science politique et de ses acteurs. Le désordre, sous ses différentes formes (schismes, sécessions, révoltes, guerres civiles, fitna) transforme les pratiques du pouvoir mais aussi les discours sur ce que doit être le bon gouvernement. Cet ouvrage se propose d’analyser quelques réponses médiévales originales aux situations de désordre, de l’Angleterre à l’Arabie, de la Suède à l’Espagne, du IXe au XVe siècle.

Gilles Lecuppre est maître de conférences en histoire médiévale à l’Université de Paris Ouest Nanterre, où il enseigne l’histoire de l’Europe au Moyen Âge. Il est notamment l’auteur de L’imposture politique au Moyen Âge. La seconde vie des rois (2005), Une Histoire pour un royaume (XIIe-XVe siècle), 2010.
Emmanuelle Tixier du Mesnil est maître de conférences en histoire médiévale à l’Université de Paris Ouest Nanterre. Spécialiste de l’Espagne musulmane, elle a publié Al-Andalus. Anthologie (2009) et Géographes d’al-Andalus. De l’inventaire d’un territoire à la construction d’une mémoire (2014).

Contributions de Esther Dehoux, Brigitte Foulon, Corinne Péneau, Stéphane Péquignot, Christophe Picard, Lydwine Scordia, Myriam Soria, Éric Vallet et Mateusz Wilk.