De : AUGAIS Thomas
Collections : Les cahiers de Marge, Littérature
ISBN : 978-2-84174-542-5
Année : 2011
Nombre de pages : 344
Prix : 29 €

Co-Auteurs : HILSUM Mireille , MICHEL Chantal

Le volume se compose de deux parties, l’une contemporaine de la guerre et l’autre postérieure. La première s’ouvre sur l’engagement des éditeurs – Maspero, Le Seuil, Julliard – et sur l’invention de collections où s’expérimente une écriture de l’histoire immédiate. Rarement les éditeurs auront joué un tel rôle, dans la naissance et la promotion, d’une nouvelle littérature : au Nouveau Roman promu par Jérôme Lindon succède et peut-être s’oppose la nouvelle esthétique, imaginée par Maspero et bientôt incarnée par Perec.

Dans l’urgence, durant la guerre elle-même, nombre d’intellectuels et d’écrivains interviennent par la presse et dans le livre. Chacune des études proposées ici examine la manière dont se noue ou se renoue le lien entre poétique et politique : les uns, tel Mauriac, inventent, d’autres, tel Sénac, cherchent à se réapproprier un héritage de la guerre précédente. Bien des questions (celle de la langue, celle de l’horreur, celle de la honte et du silence des pères) lient une guerre et une littérature à l’autre. On les retrouve dans la seconde partie de l’ouvrage, consacrée aux résurgences de la guerre d’Algérie dans la littérature « d’après », spécialement celle des années 80 à nos jours. Une guerre hante l’autre, sans que cela autorise à parler, au singulier, d’une littérature de la guerre d’Algérie. Chercheurs et écrivains tentent de définir ces littératures d’une guerre qui reprend voix à travers la relecture de ces textes.