De : GRADOWSKI Zalmen
Collections : Histoire, Histoire & Mémoire
ISBN : 978-2-84174-621-7
Année : 2013
Nombre de pages : 242
Prix : 22 €

Édition dirigée et présentée par Philippe Mesnard
Textes traduits du Yiddish par Batia Baum

Après avoir été déporté avec toute sa famille à Auschwitz, Zalmen Gradowski (Juif polonais né en 1910) est rapidement transféré au Sonderkommando de Birkenau pour travailler dans le quartier des chambres à gaz. C’est là que, clandestinement, il devient un des écrivains qui témoignera de la Shoah (quatre autres Sonderkommandos laisseront également des manuscrits) et, dans le même temps, il devient un des chefs de la résistance qui conduira à la révolte du 7 octobre 1944.
Cette édition rassemble pour la première fois en France les deux manuscrits que Zalmen Gradowski enfouit près des crématoires avant de déclencher l’insurrection et d’y trouver la mort.
Le premier manuscrit est trouvé le 5 mars 1945 lors des fouilles effectuées par l’Armée soviétique. Les vingt premières pages du manuscrit donnent des informations relatives au « nettoyage ethnique » effectué par les troupes nazies, en novembre 1942, dans la région de Grodno, au cours de ce qui fut appelé l’Aktion Judenrein. Puis, Gradowski poursuit avec le récit de son voyage en direction d’Auschwitz, de l’entrée dans le camp et des premiers jours qu’il y a vécus. L’écrit s’arrête au moment où l’auteur est recruté au Sonderkommando. Ce qui est le plus frappant chez l’auteur est son écriture. S’adressant directement à un lecteur fictif, il ne cesse de l’interpeller pour l’inviter à le suivre. Gradowski le guide dans cette descente aux enfers avec un style littéraire chargé d’émotion. On a donc là un document historique en même temps qu’un témoignage de valeur littéraire. Gradowski pousse plus loin encore cette singularité dans le second manuscrit où il raconte non seulement le processus d’extermination d’un convoi qu’il prend pour exemple, mais aussi – fait unique dans la littérature testimoniale – la sélection de membres du Sonderkommando pour être assassiné. En effet, les équipes étaient régulièrement soumises à ce tri pour éviter les risques de révoltes.
Jusqu’alors ces textes ont été édités séparément, nous proposons ici, avec une nouvelle traduction, une édition complète avec un appareil critique révisé.