De : DEKENS Olivier
Collections : Philosophie, Philosophie, épistémologie
ISBN : 978-2-84174-212-X
Année : 2000
Nombre de pages : 90
Prix : 14 €

L’archéologie est une analytique de la finitude : finitude de l¹homme articulant des forces – travail, vie, langage – qui le dépassent, finitude du fou, au carrefour du savoir objectivant et de la répression sociale, finitude du prisonnier, à la fois animal de laboratoire et sujet moral. Mais cette finitude n’est pas celle qu’un concept hypostasié comme l’est celui d’homme pourrait convenablement exprimer. L’humain fini n’est pas l’homme abstrait que les sciences humaines croient avoir pour objet. Il est cet être pris dans les liens du réel, dans des institutions, des pouvoirs, des savoirs aussi, dans un ensemble de contraintes que l’on peut décrire, et qui constitue l’épaisseur de la finitude.

Olivier Dekens est agrégé de philosophie. Il a consacré sa thèse de doctorat à la définition kantienne du politique et enseigne actuellement comme ATER à l’Université François-Rabelais de Tours. Il est l’auteur de « Lyotard et la philosophie (du) politique », Kimé, 2000.