De : POYET Thierry
Collections : Détours littéraires, Littérature
ISBN : 978-2-84174-618-7
Année : 2013
Nombre de pages : 322
Prix : 28 €

Malgré quelques succès de librairie incontestables et une existence littéraire dense, Maxime Du Camp est tombé dans l’oubli. Depuis la fin de sa vie, il n’en est plus sorti. Ami de Théophile Gautier, éditeur des plus grands écrivains de son temps, de Baudelaire aux frères Goncourt, il n’est plus connu que pour ses Souvenirs littéraires et ses révélations fracassantes sur la santé de son grand ami : Gustave Flaubert. Condamné pour son infidélité et considéré comme un traître aux théories esthétiques de l’auteur de Madame Bovary, Maxime Du Camp n’est plus lu ; jamais cité, il est rarement réédité.
Pourtant, Du Camp a écrit deux grands romans, dont l’un rencontra très largement le public, deux recueils de poésie, dont l’un se présenta comme le manifeste d’une modernité révolutionnaire, et une belle série de contes et nouvelles. Largement empreinte de romantisme mais en adéquation avec le réalisme de son époque, son œuvre a contribué à offrir dans la seconde moitié du XIXe siècle une autre littérature que celle de Flaubert. Si le personnage ducampien et l’esthétique romanesque qui le porte entretiennent de nombreux liens avec l’esthétique et le personnage flaubertiens, Maxime Du Camp propose, quant à lui, une littérature qui essaye d’être utile à son lecteur et qui se veut positive: une littérature plus sandienne.
Loin du projet du livre sur rien et de l’esthétique de « l’art pour l’art », Maxime Du Camp a souhaité une littérature qui aide son semblable à vivre et à accepter la condition humaine. De l’épanchement autobiographique à une peinture de son époque, de ses tableaux parisiens à ses atmosphères orientales, Du Camp a cherché toutes les voies possibles pour éviter à l’art littéraire un repli sur soi qui le contraindrait bientôt à ne s’offrir plus qu’à une élite. En rupture avec son ami Flaubert et pourtant si proche, Maxime Du Camp s’est voulu l’autre romancier de son temps.
Cette étude se propose comme une rencontre d’un écrivain sottement oublié, non pas dans un quelconque projet de réhabilitation d’un auteur que l’on jugerait mineur mais bien pour éclairer autrement le riche foisonnement parfois contradictoire de la littérature des années 1850/1880.
Maître de conférences en littérature française, agrégé es lettres, Thierry POYET enseigne à l’Université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand. Membre du Centre de recherches sur les littératures et la sociopoétique (CELIS), il a publié de nombreux articles et différents ouvrages consacrés à la correspondance et à l’œuvre de Flaubert dont il est l’un des spécialistes, ainsi qu’à Maupassant ou à Maxime Du Camp.