De : HERZOG Annabel
Collections : Philosophie, Philosophie politique
ISBN : 978-2-84174-105-2
Année : 1997
Nombre de pages : 336
Prix : 28 €

Ce livre tente de repenser les liens entre la philosophie et la politique dans le contexte du risque de « dépolitisation » dévoilé par les phénomènes totalitaires, c’est-à-dire de perte de ce que Hannah Arendt appelle l’espace public, où les hommes agissent. On remettra donc en question une certaine tradition philosophique restée silencieuse ou impuissante face aux tentatives d’anéantissement de l’action plurielle, et dont le « retour », à la mode ces dernières années, peut pour cette raison inquiéter. Ces études recherchent donc les formes d’un renouveau de pensée politique. (Chacun à leur manière, Hannah Arendt, Max Stirner, Franz Rosenzweig, et Emmanuel Lévinas, établissent entre la pensée et la politique un rapport de distance distinct du rapport philosophique fondé sur le conflit platonicien ou la réconciliation hegelienne.) A la suite d’interrogations critiques sur la « tradition », on envisagera d’autres fondations de la pensée du politique qui établiraient un lien inédit entre le penseur et la polis, instituant la philosophie comme présence irréconciliée à la politique.

Annabel Herzog est docteur en philosophie politique. Elle enseigne la pensée politique à l’université de Tel Aviv (Israël).