De : ARMENGAUD Françoise
Collections : Philosophie, Philosophie en cours
ISBN : 978-2-84174-718-4
Année : 2015
Nombre de pages : 130
Prix : 16 €

Comme Federico Garcia Lorca, le sang, nous ne voulons pas le voir ! Nous ne voulons pas que soit versé «le sang des bêtes», ni dans les abattoirs ni au cours des chasses ni dans les laboratoires. Si c’est la protestation d’un poète qui ouvre ce livre avec toute la beauté et l’insolite de ses images et la fièvre de ses rythmes, c’est que grand est le pouvoir de la poésie. Nous faisons philosophiquement confiance aux poètes pour dénoncer la barbarie humaine à l’égard des animaux. Leur réquisitoire prend en compte le sang versé dans toute espèce de torture ; la dévastation des territoires ; les tueries par la chasse ; la filière bouchère de l’élevage à l’abattage. Enfin l’attitude végétarienne apparaît à nombre d’entre eux comme remède, comme exigence, comme horizon salvateur.

Françoise Armengaud a enseigné la philosophie du langage et l’esthétique à l’Université de Paris X. Depuis1992, date de son Bestiaire Cobra : une zoo-anthropologie picturale (La Différence), jusqu’en 2015 avec De l’émerveillement causé par les bêtes (Les Belles Lettres), elle interroge par le biais de l’art et de la poésie les relations des humains aux animaux. Dans ses Réflexions sur la condition faite aux animaux (Kimé 2011), au terme d’une analyse anthropologique du sacrifice, elle affirme le caractère politique de la question animale.