Fidèle à sa jeunesse, fidèle au surréalisme, Aragon le fut. En 1958 il déclarait dans un article des Lettres françaises au titre évocateur : “Un perpétuel printemps” : On ne s’étonnera peut-être pas que je dise ici, avec une telle insistance, les miens, en parlant des surréalistes […]. Je me souviens de l’un d’eux, André Breton pour le nommer, parce que j’étais devenu communiste, que je “voulais être fidèle à…
ISBN: 978-2-84174-175-3
Année:
Nombre de pages: 200
Collection: Détours littéraires, Littérature
Menu