Faut-il brûler les postmodernes?

Faut-il brûler les postmodernes?

DESCRIPTION

Comme pour un roman de Bradbury, Fahrenheit 451, on peut supposer que le livre de papier s’autodétruise à une certaine température. De la même manière, la déconstruction telle que Derrida pouvait la concevoir, de nombreux détracteurs souhaiteraient qu’elle se déconstruise d’elle-même, par inanité. Et il en irait ainsi de Deleuze ou Foucault. Leurs œuvres conduiraient au pur relativisme, à l’ère de la post-vérité qui ferait de toute proposition une valeur modifiable, sans discernement ni authenticité. Mais force nous incombe de reconnaître que les brûlots ne disparaissent pas d’eux-mêmes et que rares sont ceux qui ont exercé un regard véritablement critique sur une époque dont il est difficile de concevoir qu’une relève ait eu lieu, à considérer les propositions intellectuelles d’aujourd’hui. Voici donc que les tenants de la French Theory endossent le concept de postmodernité comme chef d’accusation, un sobriquet qui les caractérise. Il nous incombe de reprendre cette charge virulente pour en signaler les malentendus à travers une conception élargie du dépassement de la modernité tout au long d’une œuvre singulière.

Jean-Philippe Cazier interroge ici le parcours de Jean-Clet Martin pour clarifier sa position de penseur « postmoderne » et suivre son parcours depuis Deleuze. Se révèle ainsi l’itinéraire d’une philosophie de la différence et d’une forme de néocriticisme à reconsidérer sous un jour plus éclairant.

Collection: Bifurcations, Philosophie
Prix : 19.00
ISBN: 978-2-84174-990-4
Nombre de pages: 184
Année:

DERNIERES PARUTIONS

Menu