Proust : le corps, malade d’amour

Proust : le corps, malade d’amour

DESCRIPTION

À l’occasion du centenaire Proust, la maladie personnelle de Marcel Proust est venue occuper la scène biographique sans toujours apercevoir toute la dimension idiosyncrasique de l’œuvre. Car l’asthme dont souffre Marcel Proust comme une maladie chronique est redoublé ici par celui du Narrateur : son corps souffre autant de la maladie d’amour que de la maladie physique, à moins que la première n’ait déclenché la seconde. Pour cela le thème de la maladie est essentiel car il vient manifester le temps dans le corps ; il met aussi en péril la permanence du moi au point d’apercevoir qu’il n’était constitué que du temps passé, incorporé. Notre étude nous conduira ainsi d’une critique de la médecine comme science du corps objet à l’avènement du thème de la guérison.
L’écriture de À la recherche du temps perdu comme métamorphose de toute maladie, facilite cette conversion du vécu intime de l’amour en vécu phénoménologique dégageant l’essence de l’amour. Forme d’exorcisme, l’écriture permet à tout un chacun de se reconnaître. Le narrateur nous ressemble puisque son récit nous touche en atteignant la condition commune, celle de la souffrance.

Bernard Andrieu, philosophe, Professeur à l’Université de Paris, Directeur de l’URP 3625 I3SP, développe des travaux autour de la relation entre corps vivant et corps vécu. À travers une écologie corporelle l’émersiologie interroge comment le vivant, de l’auto-santé aux pratiques corporelles, éveille la conscience à une nouvelle cartographie du sensible.

Collection: Philosophie, Philosophie en cours
Prix : 15.00
ISBN: 9782380720082
Nombre de pages: 124
Année:

DERNIERES PARUTIONS

Menu